Performance “Je crée et je vous dis pourquoi” par Aurélie Van Den Daele (Théâtre de l’union – Francophonies, septembre 2022)

Dans le cadre des nouvelles formes littéraires qui intéressent le programme ICI, nous inaugurons une rubrique de comptes rendus critiques de performances / pièces performées / performances littéraires et événements liés à la littérature vivante.

par Anna Levy*

Scène de la pièce « Je crée et je vous dis pourquoi. Cartographie au féminin du désir créateur », création au Festival des Francophonies, Zébrures d’automne 2022.  © Christophe Péan

Le festival des Francophonies à Limoges se décline en deux volets : l’un a lieu à l’automne et fait place au spectacle vivant alors que l’autre, au printemps, est dédié à l’écriture et aux auteur·ices, justifiant ainsi le sous-titre de l’événement « des écritures à la scène ».

C’est sur cette jonction qu’Aurélie Van Daele, directrice du Théâtre de l’Union, travaille dans sa performance déambulatoire Je crée et je vous dis pourquoi. Cartographie au féminin du désir créateur. Cette création repose sur une commande effectuée à dix autrices francophones : Bibatanko (République Démocratique du Congo), Gaëlle Bien-Aimé (Haïti), Marie Darah (Belgique) ; Daniely Francisque (France – Martinique), Maud Galet-Lalande (France), Halima Hamdane (France – Maroc), Nathalie Hounvo Yekpe (Bénin), Hala Moughanie (Liban), Emmelyne Octavie (France – Guyane), Johanne Parent (Canada – Québec), à qui il a été demandé d’écrire sur ce que représentait le désir pour elles et de trouver une chanson qui leur donnait envie de changer le monde. A la suite de cela, Aurélie Van Daele imagine une mise en voix de ces textes dans différents espaces du théâtre.

A l’arrivée, les spectateur·ices sont divisé·es en trois groupes, on nous remet un casque d’écoute. La performance commence dans le hall où nous sommes tou·tes réuni·es. Une performeuse explique le déroulement de l’action, nous invite à être sensibles aux « généalogies invisibles » entre les différents textes et à déambuler à l’intérieur du théâtre « comme s’il s’agissait d’une chambre à soi ». Nous traversons huit espaces, chacun habité par la voix d’une performeuse et le texte d’une autrice : un appartement des années 1970, table en formica et vieux fauteuil où une femme alcoolique et dépressive confie le poids de sa vie domestique, un rebord de fenêtre, un atelier, une petite pièce qui ressemble à un photomaton et dans lequel la performeuse semble enfermée, une salle de répétition, et la cour intérieure du théâtre qui se meut en jardin marocain et d’où surgissent ensuite différentes performeuses.

     La performance invite finalement à une balade intime, « c’est comme si le propriétaire ouvrait ses portes et qu’on retrouvait la véritable odeur du théâtre » s’exclame une spectatrice lors du bord plateau qui suit la représentation. La proposition permet de faire corps avec les autres spectateur·ices, que nous ne perdons pas de vue lors de la déambulation et que nous prenons toujours soin de ne pas bousculer. Cette extrême acuité de la présence des autres permet une communion dans le public mais aussi entre scène et salle, espaces dont la frontière est perpétuellement reconfigurée. La mise en espace de ces textes leur donne corps et leur confère une performativité, une effectivité en les actualisant dans le hic et nunc de la représentation par laquelle ils sont (re)signifiés. Aurélie Van Den Daele ouvre un dialogue entre textes, autrices et aires culturelles qui se rencontrent et s’incarnent dans la voix des différentes performeuses. Sans chercher à créer des liens factices entre elles, la metteuse en scène fabrique une constellation de textes qui deviennent paroles lorsqu’elles sont adressées au public à travers le tissage des voix.

Scène de la pièce « Je crée et je vous dis pourquoi. Cartographie au féminin du désir créateur », création au Festival des Francophonies, Zébrures d’automne 2022.  © Christophe Péan

* Anna Levy est agrégée de lettres et prépare une thèse sur les performeuses de la littérature sous contrat doctoral à l’Université Bordeaux Montaigne (UR Plurielles).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search