Point·e médian·e – séminaire ICI – Université de Limoges

Point·e médian·e

Point·e médian·e est une initiative de chercheur·e·s et d’étudiant·e·s de l’Université de Limoges, intéressé·e·s par les questions théoriques et les enjeux pratiques et politiques liés aux questions de genre, particulièrement en régime médiatique et dans le monde des arts et de la culture.

Ponctuellement, elle vise à rassembler collectifs et acteur·ice·s du monde associatif engagé·e·s dans le domaine, à faire circuler une parole argumentée. Le point médian est ici un point de rencontre entre des mondes sociaux qui ne se croisent pas toujours, même s’ils partagent les mêmes préoccupations. Le contexte de la pandémie a créé une double urgence à imaginer de nouvelles formes d’échanges sur ces questions. D’abord parce que nous avons largement été privé·e·s d’espaces de partages ; ensuite parce que la crise a rappelé le poids parfois tragique du genre dans les inégalités contemporaines : recrudescence des violences conjugales, remise en question du droit à l’avortement en Argentine et en Pologne, « première ligne » occupée par des femmes, etc. La crise a été un temps de résurgence d’une parole publique marquée par un imaginaire viril – « nous sommes en guerre » – qui trouve de nombreux prolongements dans les débats politiques actuels.

La question du genre, de sa construction sociale, de ses représentations, s’est trouvée au centre de travaux majeurs dans les sciences humaines et sociales depuis les années 1970. Plus que pour d’autres sujets et domaines, ces études ont donné lieu à appropriations et à déformations dans le débat public. Le genre n’est pas une question strictement théorique : il est une expérience vécue, marquée par des injonctions diverses. Les arts, le monde du spectacle et les médias prennent leur part dans cette fabrique, rouages d’une performativité qui repose sur les normes dominantes mais également espaces de formulation d’autres vies possibles. La question du genre n’est pas simplement un motif artistique, mais participe aussi de postures d’auteur·e·s, jouant avec les assignations ou placé·e·s à leur corps défendant dans des polémiques qui mettent en question le genre (Hoshi).

Ces univers se prêtent à des lectures marquées par l’intersection entre problématiques diverses : le genre ne peut être interrogé sans la race, sans la condition sociale, sans la génération, sans questionner la fragilité des corps.

Nous lançons l’invitation à discuter durant l’année 2021-2022 autour de textes et d’images de statuts divers, critiques, monographiques, polémiques et/ou d’actualité. Ceux-ci seront annoncés à l’avance pour 6 rendez-vous, échelonnés entre octobre 2021 et mai 2022.

Séance le 26 janvier 2022 :

Photographie située. Mathilde Buliard, Derrière et devant l’objectif : quand les femmes du voyage (se) photographient, autour d’Hortense Soichet 
Magali Nachtergael, Photo afroqueer : la nouvelle vague de l’Atlantique noir•e


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search